Site internet réalisé par SITEWEB-EVOLUTION
club football ligue basse normandie district orne fff Uhlsport
facebook twitter

FC FLERS - ACTUALITES

THIBAULT MOULIN

07 Fevrier 2018

Article Florian Tonizzo

Thibault Moulin, des pelouses normandes à la Ligue des Champions

 

Après un passage en Belgique et deux saisons au Legia Varsovie, en Pologne, Thibault Moulin a posé ses valises en Grèce, au PAOK Salonique. Le normand s’éclate à l’étranger tel un étudiant Erasmus, mais reste méconnu en France. Retour sur le parcours du milieu de poche français.

 

« J’ai versé ma larme… »

 

2 novembre 2016. 4ème journée de Ligue des Champions de la Poule F entre le Real Madrid et le Legia Varsovie. Le score est de 2-2 quand Thibault Moulin donne l’avantage aux siens d’une sublime frappe enroulée poteau rentrant, des vingt mètres. Les supporters madrilènes craignent le pire pour leur équipe, mais Gareth Bale égalise quelques instants plus tard. Score final, 3-3. Au-delà du résultat, Jean-Marie Hallé, ancien entraîneur de Thibault au FC Flers, retient surtout le but de son ancien protégé : « J’ai versé ma larme, c’était quelque chose, Thibault qui marque contre le Real, en Ligue des Champions ! », se souvient l’ancien coach, ému.

 

Après le match, beaucoup se demandent qui peut bien être ce Thibault Moulin. Et c’est normal. Avant de disputer la C1, la route a été longue pour le natif de Flers. De 6 à 10 ans, Thibault évolue à Athis de l’Orne : « Athis, c’est les Moulin, toute sa famille en fait partie : son père, son oncle, ses cousins », précise Jean-Marie Hallé. Des premiers pas sur les pelouses, et des premiers coups d’éclats, déjà. Son ancien coéquipier à Flers, Clément Dupont, se souvient d’un match où ils étaient adversaires : « Avant qu’on joue ensemble à Flers, il était à Athis et moi à Landigou, en poussins. A l’époque, je voulais être gardien de but. Le coach me donne ma chance dans les cages, contre Flers. On perd 10-0, Thibault me met les 10 buts. Après ça, je n’ai plus jamais voulu être gardien. » Thibault impressionne tout le monde, partenaires comme entraîneurs. A Flers, Jean-Marie a le souvenir « d’un mec sérieux, bosseur, au-dessus du lot ». Aux entraînements, « toujours le premier arrivé, et le dernier à repartir ». Pour Clément Dupont, Thibault « tirait tout le monde vers le haut » et faisait « la différence à lui tout seul ».

 

En U13, blessé au dos, Thibault reste éloigné des terrains pendant de longs mois. Du moins, pour ce qui est de la pratique pure. Pour ce qui est du reste, Thibault n’est jamais très loin du rectangle vert. Le nouveau joueur du PAOK est trop passionné pour rester à la maison. Dans un premier temps, il continue de fouler les pelouses pour filer un coup de main à son coach : « Pendant sa blessure, il est venu à chaque entraînement pour m’aider à installer tous les exercices, et assistait à tous les matchs depuis le banc de touche. Un véritable passionné. » précise Jean-Marie. Ensuite, c’est pour aider ses copains qu’il quitte le banc de touche, lors d’un match crucial pour le titre de Champion de Promotion d’Honneur U13 : « On jouait la 1ère place toute la saison. Pour le dernier match, on joue un concurrent au titre. Thibault était blessé au dos, il était sur le banc. A 10 minutes de la fin, toujours 0-0. Thibault rentre malgré sa blessure, on gagne 3-0. Il avait mis les trois buts. »

 

Thibault Moulin n’oublie pas d’où il vient !

 

Devenu trop grand pour Flers, l’ancien clermontois doit logiquement passer à l’étage supérieur. Après un stage d’une semaine au RC Strasbourg, le jeune flérien rentre à la maison, tout heureux, avec tous les équipements du club alsacien et n’a qu’une idée en tête : rejoindre le club dirigé par Marc Keller. Côté flérien, on le propose au Stade Malherbe de Caen. Il est préférable, à son âge, « d’être à 50 km de la maison plutôt qu’à l’autre bout de le France » d’après son entraîneur. Ancien recruteur du club caennais, il insiste pour que son poulain intègre le centre de formation de Malherbe. Les bleus et rouges ne sont pas totalement convaincus mais finissent par le faire signer. Après six années au centre, le petit milieu de terrain (1,73m) découvre le monde professionnel. Deux saisons à Caen, entrecoupées d’une saison en prêt à Châteauroux, et enfin deux saisons à Clermont.

 

C’est le début de son tour d’Europe de l’Est : une saison à Waasland-Beveren, en Belgique, puis deux saisons au Legia, donc où il découvre l’Europa League et surtout la Ligue des Champions. Performant à l’étranger, on ne l’a jamais vu briller en France. Il n’avait pas le profil recherché à l’époque d’après Clément Dupont : « il ne fait pas 1m85, ce n’est pas une bête physiquement, il a un profil plutôt technique. Il est passé par des clubs où on ne joue pas le haut de tableau, des équipes qui privilégient l’aspect physique. Cela lui a peut-être mis des barrières. A l’étranger, il a pu mettre en valeur ses qualités techniques et s’exprimer pleinement. » Pour son ancien coach, Thibault a eu « l’opportunité d’évoluer en première division à l’étranger ».

 

Désormais âgé de 28 ans et parti en Grèce il y a quelques jours, l’ex-international espoirs (2 sélections) est resté proche de ses deux premiers clubs : « Thibaut continue d’être soigné par notre kiné quand il revient ici et le consulte régulièrement, bien qu’il soit footballeur pro. A côté de ça, il est parrain de l’école de foot du club, une vraie fierté. » explique Jean-Marie, avant de poursuivre : « Concernant Athis, sa famille fait toujours partie du club. D’ailleurs, quand on a perçu l’indemnité de formation, on en a versé une partie à Athis en matériel, sur demande de Thibault. » Désireux de faire profiter tous ceux qui lui ont permis de réaliser son rêve, ceux qui l’ont côtoyé, eux, espèrent qu’il fera profiter la Ligue 1 de son talent : Jean-Marie est « convaincu qu’il a sa place dans pas mal d’équipes du championnat » mais cela risque d’être compliqué « puisqu’il vient de signer 3 ans en Grèce ». Clément est lui plus optimiste : « Il a 28 ans et je pense qu’il se plaît à l’étranger. Après, il a encore sa famille ici, et les joueurs finissent leur carrière à 35-40 ans. Alors s’il a des propositions, pourquoi pas, ce serait super. » D’ici là, il a encore le temps de visiter d’autres pays.

Florian Tonizzo

0 commentaire
Retour
  • Gazette N°12
  • gazette
  • Gazette 12/05 (1)
Toutes les gazettes
Aucun album cette saison.

ANNONCE

club football
 

Nos Partenaires